L'annonceur

RÉGIONAL

Projet de mini-urgence à Pierreville

Une initiative pour offrir des soins de santé de proximité qui seraient offerts ouvertement à toute la population.

FinancementSylvain Houle, directeur général, Jean-Guy Pelletier, administrateur et Liette Benoît, présidente du conseil d'administration de la Coopérative de solidarité santé Shooner-Jauvin.
PHOTO FRANÇOIS BEAUDREAU

Par François Beaudreau [21/03/2019]

La Coopérative de solidarité santé Shooner-Jauvin veut agrandir les locaux de la rue Georges à Pierreville pour y aménager une mini-urgence, ouverte à toute la population.

« Le projet cadre avec notre mission de dispenser des soins de santé de proximité », explique Sylvain Houle, directeur général de la Coop, au cours d'une entrevue, en présence de Liette Benoît et Jean-Guy Pelletier, respectivement présidente du conseil et administrateur de l'organisme.

Le projet sera expliqué et proposé aux membres et à la population, lors d'une assemblée extraordinaire, le 27 mars 2019 à compter de 19h, au Centre communautaire de Saint-François-du-Lac.

« L'agrandissement du bâtiment actuel serait d'environ neuf cents pieds carrés sur deux étages. Les six bureaux de médecins seraient en haut, avec des fenêtres, et la mini-urgence, en bas, comprendrait trois salles d'examen et deux civières. L'agrandissement se ferait à l'arrière du secrétariat présentement », poursuit le directeur général.

Le coût estimé de ce projet est de 500 000 $ pour la construction, l'aménagement et l'acquisition des équipements nécessaires. Le financement du projet sera divisé à parts égales entre des investissements provenant des différents paliers de gouvernement ainsi que des sommes recueillies par une fondation, mise sur pied pour appuyer la Coopérative.

Suite à l'approbation du projet par les membres de la Coopérative, l'organisme fera préparer une évaluation détaillée, avec les plans et devis. Dans un second temps,

« On pense que l'an prochain, nous serions en mesure de lancer les travaux. Pendant la durée du chantier, la Coop serait en mesure de continuer à mener ses opérations », précise Sylvain Houle.

FONCTIONNEMENT

Pour assurer le fonctionnement d'une mini-urgence, la Coopérative compte sur l'embauche de médecins résidents, dans le cadre de leur stage. La clientèle visée est celle de priorité de niveau 4 ou 5, c'est-à-dire dont l'état ne constitue pas un facteur critique. Par exemple, les personnes souffrant d'une otite, grippe, sinusite, lacération ou infection seraient invitées à téléphoner pour prendre un rendez-vous. Elles seraient soignées le jour même par un médecin résident. Le service projeté permet notamment de désengorger les salles d'urgence situées dans les hôpitaux.

« Avec une mini-urgence, nous serions en mesure d'accueillir les médecins résidents qui doivent compléter leur stage. Ça va être excellent pour le recrutement. Un médecin résident qui viendrait ici, qui aimerait continuer à pratiquer ici, sera déjà familiarisé avec notre fonctionnement et notre Coop. C'est doublement payant pour nous », considère le directeur général. Les médecins résidents qui dispenseraient des soins à la mini-urgence seraient supervisés par les médecins en poste à la Coopérative de solidarité santé Shooner-Jauvin.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES