L'annonceur

RÉGIONAL

Pierreville n'adhère pas au projet actuellement à l'étude par la Coop santé

La Municipalité veut revenir à la charge avec un projet de moindre ampleur.

Par François Beaudreau [19/01/2017]

Le conseil municipal de Pierreville n'entend pas baisser les bras devant la possibilité que la Coopérative de solidarité santé Shooner - Jauvin puisse plier bagages et déménager ses activités à Saint-François-du-Lac.

À la séance du 17 janvier dernier, les élus ont adopté une résolution pour que la Municipalité défraie la dépense — 1 500 $ plus les taxes — à un architecte, afin qu'il réalise un plan d'aménagement pour la clinique actuelle, située sur la rue Georges. Cette initiative fait suite à une proposition d'agrandissement présenté aux élus par le Dr Karl Shooner.

« Nous avons eu deux rencontres avec le docteur Shooner. Son projet nous semble plus réaliste mais il n'a pas été pris en considération dans l'offre de services de la Coopérative », soutient le maire de Pierreville, André Descôteaux. « Notre objectif est de répondre aux besoins sans mettre en péril l'avenir des soins de santé dans la région. »

Selon le maire, le projet présenté par le Dr Shooner consiste à faire un agrandissement sur une portion du terrain attenant à la propriété de la Coopérative et qui appartient à une entreprise commerciale toujours en opérations. « Ça permettrait d'ajouter cinq bureaux supplémentaires, ce qui serait amplement suffisant pour les besoins futurs de la Coop », ajoute M. Descôteaux. « Nous attendons d'avoir en main le plan d'aménagement préparé par l'architecte avant de nous prononcer sur les coûts. »

La Municipalité veut agir ainsi pour que « le Dr Karl Shooner puisse rencontrer le conseil d'administration de la Coopérative de Solidarité de Santé Shooner-Jauvin et le conseil d'administration du Groupe de médecine familiale (GMF) de Nicolet pour expliquer en détail son projet dans ce dossier ».

En effet, une rencontre du Groupe de médecine familiale, qui réunit une quinzaine de médecins de la région, est prévue le 25 janvier prochain, selon nos informations. Au moment d'aller sous presse, le Dr Karl Shooner n'avait pas répondu à notre demande d'entrevue.

RETRAIT

Pierreville ne souscrit aucunement au projet qui est à l'étude actuellement par la Coopérative de solidarité de santé. La Municipalité a d'ailleurs retiré son adhésion à la nouvelle entente auprès de la Coopérative. Cet accord devait entrer en vigueur le 1er janvier 2017. En vertu de la nouvelle entente, Pierreville s'engageait pour les sept prochaines années à titre de supporteur financier.

Toutefois, les élus ne ferment pas complètement la porte puisqu'ils affirment que la Municipalité pourrait reconsidérer sa position si de nouveaux éléments étaient présentés.

À notre demande, le maire nous a remis une copie de la lettre qu'il a fait parvenir à la présidente du conseil d'administration de la Coopérative pour expliquer la décision du conseil.

« Nous sommes étonnés et même très surpris que la Coopérative ait la capacité de procéder à l'achat du bâtiment en plus d'y prévoir un agrandissement, et ce, avec présentement seulement trois médecins », peut-on y lire. « Dans ces circonstances, nous considérons qu'il serait inapproprié, en tant que Municipalité responsable, de continuer de contribuer dans un tel projet comprenant des espaces commerciaux avec ses parts d'inconnus. »

Rappelons que le projet à l'étude par la Coop consiste notamment à faire l'acquisition des bureaux du centre de service de la Caisse Desjardins de Nicolet, situés à Saint-François-du-Lac, pour solutionner les problèmes d'espace de la clinique. La Coop a de plus acquis un terrain tout juste à côté de cet immeuble, sur lequel elle prévoit faire des aménagements nécessaires.

Jointe par téléphone, la coordonnatrice générale de la Coop de santé, Françoise K. Lacasse, a refusé de commenter les résolutions adoptées par la Municipalité de Pierreville.

« Notre projet est encore à l'étude. Notre but, c'est de donner des services de santé de qualité à la population. Nous voulons une clinique qui va attirer de nouveaux médecins et pour ça, nous avons besoin du support des gens. Nous, on ne fait pas de politique, à la Coop », a-t-elle cependant admis. « Le projet de demeurer dans les locaux actuels avait déjà été étudié dans le passé, à l'époque où monsieur Descôteaux était président de la Coop, et n'avait pas été retenu. »

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS