L'annonceur

LA TRIBUNE LIBRE

Une histoire, une vie, une image, une maison bâtie ...

La Municipalité de Sainte-Victoire-de-Sorel met en vente un immeuble pour déménagement, afin de permettre d'implanter un projet de développement résidentiel.

Par Marie-Linda St-Martin [21/04/2015]

En plein coeur du village, tout près de l'église Ste-Victoire de Sorel, une des plus vieilles maisons risque d'être démolie.

Construite en 1895 par Zéphirin Leduc (père) et aidé de Mathias Péloquin, cette maison pièce sur pièce comprend deux lucarnes et une grande galerie tout autour. Ce bâtiment représente la richesse du passé historique de ce village.

L'ancien propriétaire, Zéphirin Leduc (père) était propriétaire du moulin à scie Leduc et Leclerc. Ce dernier a fourni tout le bois nécessaire aux constructions des maisons qui ont formé le village et les campagnes environnantes.

On parle ici d'une des plus vieilles maisons car en 1923 à la fin de l'automne, un incendie détruit une partie du village, depuis du magasin général de Paul Bardier jusqu'à la résidence de M. Beaudreau, soit une dizaine de maisons à l'époque.

Zéphirin Leduc (père), époux de Joséphine Cardin, habitait cette maison ainsi que son fils Zéphirin Leduc Junior, époux de Rosie-Anne Antaya et leurs enfants: Rollande Leduc, Aimée-Rose Leduc-Bardier, Georges-Étienne et Jean-Louis Leduc.

Cette résidence de la belle d'époque hébergea trois générations de Leduc.

Jean-Louis perdit sa mère à l'âge de 3 mois et sa grand-mère Joséphine l'éleva jusqu'à l'âge de son entrée au collège. Historien de profession, il enseigna l'histoire dans notre région.

Jean-Louis Leduc fut député à Ottawa sous la gouverne libérale de 1979 à 1984. C'est grâce à lui si un octroi de 350 000 $ fut accordé à la municipalité de Ste-Victoire-de-Sorel pour la construction du Centre récréatif en 1985, subvention provenant du fonds Laprade.

Il fut également maire de 1951 à 1953, propriétaire de l'épicerie-boucherie du village, maître de poste dans la bâtisse de Colbert St-Martin.

Quel héritage doit-on laisser sur notre passé ? Qu'aurons-nous conservé pour leur raconter ? Une histoire, une vie, une image, une maison bâtie ...

En terminant, je tiens à remercier toutes les personnes qui ont partagé de précieuses informations pour la rédaction de ce texte.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS