L'annonceur

LA TRIBUNE LIBRE

« La dîme, une question de vie ! »

Nous continuons à travailler fort et nous sommes à l'écoute de vos suggestions sur des possibilités de financement à mettre en oeuvre pour la santé financière de notre fabrique.

Par Simonne Girard [18/06/2014]

Chers paroissiens,
chères paroissiennes,

À l'horloge de vie de notre nouvelle paroisse, il est malheureusement « minuit moins cinq ! »

Après le cri du coeur de notre curé, voici le cri d'alarme de la fabrique.

Notre nouvelle paroisse est en péril, en sursis de vie, au bord du précipice, de la faillite, etc. Nous vous crions un S.O.S. bien senti. C'est sérieux et il n'est pas ici question de revivre l'histoire de « Crier au loup »...

Mais oui  ! La dîme est une question de vie pour la nouvelle paroisse Sainte-Marguerite-d'Youville. Les personnes ayant assisté aux trois rencontres tenues en mai le savent déjà. Mais comme nous jugeons nécessaire que tous les paroissiens et paroissiennes le sachent, nous communiquons avec vous, aujourd'hui, par le biais de ce journal.

La dîme annuelle qui est de 55,00$/adulte, équivaut à environ 1,00$/semaine, le prix d'un paquet de gomme !!! C'est la principale source de revenu pour maintenir notre paroisse « vivante », nous avons besoin de recevoir votre contribution pour défrayer les activités pastorales du curé, les activités administratives usuelles, le chauffage et l'électricité entre autres.

Nous voulons vous assurer que vous, paroissiennes et paroissiens, saisissiez bien cette réalité. Il faut comprendre que lorsque vous décidez de ne pas payer votre dîme, cela signifie que vous ne souhaitez plus avoir de curé, de secrétaire, d'église, etc. Est-ce bien le désir de tous les adultes qui ne s'acquittent pas de leur dîme ? Quand la réponse est non, il devient donc urgent et indispensable de « verser sa contribution » à la fabrique.

Bien sûr que nous avons des revenus occasionnels tels les messes célébrées, les funérailles, les mariages, les lampions et nous mettons beaucoup d'énergie à organiser des activités de financement, mais cela ne rapporte pas suffisamment pour combler le déficit actuel de plus de 20 000 $.

Nous avons interpelé le diocèse pour nous venir en aide, une demande a été formulée à la Fondation pastorale de Nicolet, notre dossier est en étude. Mais c'est à nous, d'abord, de nous prendre en mains. Votre collaboration, votre compréhension sont ici et maintenant très importantes. Informez vos parents, vos voisins et vos connaissances de notre situation collective.

Notre cri d'alarme, nous souhaitons fortement que vous l'ayez entendu. Si chacun, chacune prend la responsabilité, nous pourrons continuer de vivre dans une nouvelle paroisse où il sera possible d'écouter la Bonne Nouvelle... de préparer les baptêmes, les funérailles et les mariages d'une façon bien particulière à chacun, d'initier les jeunes et les moins jeunes à la vie chrétienne, etc.

Comme promis, nous vous reviendrons à la fin du mois d'août pour une assemblée générale sur le suivi des articles publiés dans ce journal. Nous continuons à travailler fort et nous sommes à l'écoute de vos suggestions sur des possibilités de financement à mettre en oeuvre pour la santé financière de notre fabrique.

Simonne Girard,
Présidente au nom des membres du conseil de fabrique

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS